Article
0 comment

Urgent VS Important

Je suis de retour après une semaine à Malte où mon activité principale était axée sur 3 projets : écrire, lire et organiser un événement. L’emploi du temps que j’ai créé pour moi fonctionnait parfaitement : commencer chaque jour par une promenade jusqu’à la plage, nager dans l’eau fraîche, retourner à l’hôtel, prendre le petit déjeuner et ensuite commencer à « travailler ». J’ai été étonnée de constater à quel point le fait d’être loin de la vie quotidienne ET d’avoir un clair focus m’a permis de faire la différence entre ce qui est important et ce qui est urgent. Même si j’avais mon ordinateur avec moi, j’ai pu facilement me retenir de contrôler chaque e-mail qui arrivait.

Je suppose que je ne suis pas la seule à me comporter comme si beaucoup de choses étaient urgentes, juste parce qu’elles nous font réagir : e-mails, messages, nouvelles, …. Quand nous les considérons avec un esprit calme, nous réalisons facilement qu’en faite, nous confondons ce qui est important avec ce que nous percevons comme urgent. Et en passant beaucoup de temps à nous occuper de ce qui nous semble urgent, nous finissons par négliger ce qui est important.

De nos jours, il est assez facile de créer un sentiment d’urgence : il suffit d’être exposé à de nombreux stimuli avec un contenu émotionnel – excitation, peur, attente, etc – comme le font les e-mails, FB, Instagram et Twitter. Ajoutez à cela peu de mouvement physique et une liste de choses à faire. Nous y voilà : la réponse au stress prend le dessus et nous commençons à donner beaucoup de notre temps à ce que nous croyons être urgent et nous oublions ce qui est important pour nous.
Nous perdons alors de vue le sens de nos activités : ce qui est réellement important pour moi ? Pourquoi je fais tout ça ?

Comment s’en sortir, sans prendre une semaine de congé dans une île magnifique ?

  • Prend un ou deux moments par jour pour t’asseoir tranquillement et en silence pendant 5 minutes lors que tu bois un thé ou un café.
  • Entraînement physique : marche 30 minutes par jour.
  • Mange sans avoir ton smartphone sur la table ou d’autres écrans devant toi. Profite de la nourriture et / ou les gens avec qui tu es.

Ces 3 pratiques t’aideront à entraîner un état de peu – voire pas du tout – d’excitation dans ton esprit. Le but est d’avoir plus de calme pour commencer à réfléchir sur  » qu’est ce qu’est réellement important pour moi  » et  » est-ce que je consacre assez de temps à ce qui est important pour moi ?

La dernière recommandation va te surprendre peut-être 🙂 Donne du temps à ce qui est « urgent ». Cette partie de nous a aussi besoin de notre attention. Donne-lui un peu de temps chaque jour, jusqu’à 1-2 heures mais pas plus. Lorsque le sentiment d’urgence reçoit suffisamment de temps, il n’a pas besoin de prendre le dessus sur ce qui est important !

Photo de Michelle Sabatini

Article
0 comment

La connection entre le monde visible et celui invisible

A la fin de l’année dernière, j’ai donné avec un ami, un workshop* visant à faire prendre conscience des défis auxquels notre planète, et nous avec elle, sommes confrontés.
Un de nos participants, un jeune homme de Mongolie, nous a fait part d’une observation très intéressante. Il a dit que d’un côté, dans la société occidentale, nous sommes très occupés, voire obsédés, par le monde matériel. D’autre part, nous négligeons constamment, voire oublions, ce qui est invisible à nos yeux.
[Read more]

Article
0 comment

Prendre soin de ce que nous possédons

Je lis un livre extrêmement intéressant de Bruno Latour, un philosophe français. Il explore la raison pour laquelle il est si difficile pour nous, pour nos sociétés, de changer notre approche sur la façon dont nous consommons… notre planète. Je dois admettre que le contenu de ce livre est intense et parfois difficile à suivre complètement. Mais il propose de nombreuses considérations qui me fascinent et m’inspirent. J’aimerais partager l’une d’entre elles avec toi.
[Read more]

Article
0 comment

Le pouvoir des mots

Tu connais probablement l’effet positif qu’un mot gentil et encourageant peut avoir sur toi quand quelqu’un te fait un compliment ou reconnait ton travail ou t’encourage dans un moment difficile….
Les mots peuvent faire une énorme différence sur toi, sur ta journée et sur les autres.

[Read more]

Article
0 comment

Du devoir au plaisir

As-tu déjà fait l’expérience que certaines tâches deviennent, après un certain temps, des obligations, bien que tu les ait entreprises avec plaisir ? Comment se fait-il que tu puisses commencer quelque chose de plein cœur et finir par être stressé et agacé ?

Dessinons une ligne imaginaire où « obligations et devoirs » sont à une extrémité et « plaisirs et réalisations » à l’autre extrémité. Notre perception se déplace sur cette ligne : lorsqu’elle s’approche du côté  » obligations et devoirs « , très souvent les répétitions sont en train de gâcher notre expérience.

Quand quelque chose est répétitif, nous avons tendance à y prêter de moins en moins attention : nous savons déjà ce que nous avons à faire et comment la situation est. Il n’y a plus de nouveauté, ni d’inspiration, ni de fraicheur. Notre cerveau prend alors des raccourcis et passe de « c’est ce que je désire faire » à « c’est ce que je dois faire ».

« C’est ce que je désire faire » est lié au côté « plaisir et réalisations » de la ligne. Cela nous donne de la joie, de la motivation, des défis. Nous pouvons éprouver le plaisir d’apprendre quelque chose de nouveau ou d’apprendre à connaître de nouvelles personnes. Ou nous pouvons faire l’expérience de l’importance de prendre soin de soi-même, d’une autre personne, d’un animal ou aussi d’un projet. Ici, la motivation est au centre de l’action.
« C’est ce que je dois faire » est beaucoup plus factuel, sec et détaché. Il nous permet de fonctionner sans se poser de questions ou avoir besoin de notre motivation. Ici, c’est le devoir qui est au centre de l’action.

Comment maintenir notre attention en mouvement sur cette ligne imaginaire et ne pas la blocker du côté des « devoirs » ?
La première étape est de faire attention à garder le corps ouvert, oxygéné et détendu.
Prend soin de ta respiration et de tes mouvements. Entraîne ton corps suffisamment tous les jours, pour avoir assez d’énergie circulant et pour maintenir tes muscles souples.

La deuxième étape consiste à clarifier régulièrement ton intention.
En fait, notre intention change avec le temps : on peut commencer une activité en souhaitant apprendre quelque chose de nouveau et finir par continuer pour les liens sociaux qu’elle nous permet d’entretenir. Ou on peut décider d’aller à la gym parce que l’on veux perdre du poids et puis continuer parce que l’on aime les sensations que l’on éprouve après l’effort physique. Ou on peut être prêt à changer d’emploi, et ensuite décider de rester en raison de la sécurité financière que ce travail nous procure.

Si tu as du mal à garder ton attention sur le côté « plaisir » de la ligne, tu peux t’entraîner avec l’un de ces 3 astuces pour introduire quelques changements dans la routine quotidienne :

  • Modifie ton itinéraire au travail : prend un autre chemin, quitte le tram ou l’autobus un arrêt plus tôt, demande à un collègue de te déposer ;
  • Profite de ton pause déjeuner pour bouger ton corps : marcher, courir ou nager. Déconnecte-toi de ton ordinateur et de ton smartphone.
  • Modifie la disposition de ton bureau : déplace du matériel, change les photos, ajoute des plantes vertes.

Contacte-moi si tu as besoin de soutien pour nourrir ta motivation et ne pas être pris par les obligations !

Dans mon prochain article, nous explorerons comment le language peut nous amener du côté « devoirs » de la ligne 🙂

Photo prise sur Internet

Article
0 comment

Écouter davantage mon corps

« Mon voyage avec Michelle à travers la Méthode Grinberg a duré environ un an et demi et a été une expérience tout simplement magnifique, très forte sur le plan émotionnel et sensoriel. Dès le début, j’ai ressenti un sentiment de « ventre » avec Michelle qui, grâce à son empathie, sa délicatesse et son ironie, a réussi à me guider sur ce chemin, basé sur la confiance, l’encouragement et même l’honnêteté quand c’était nécessaire…. et parfois nécessaire il l’a vraiment été 😉
Au cours de ce processus, j’ai appris à mieux écouter mon corps et les signaux qu’il nous donne. Grâce au travail effectué par la respiration et le massage, j’ai appris à mieux connaître et reconnaître les signaux et les émotions qui nous « habitent » à l’intérieur. J’ai aussi pu apprendre comment des « petits-grands » changements dans la vie quotidienne, à partir de la respiration et de la posture, ont un grand impact sur la gestion de nos émotions et surtout de nos peurs. Regarder les peurs en face et être capable de les reconnaître a été l’une des parties les plus belles et les plus difficile du travail fait avec Michelle. Grâce aux devoirs à la maison entre une séance à l’autre, j’ai eu l’occasion de me confronter aux peurs ou aux « choses inconfortables » de la vie.
Une dernière chose que je n’oublierai jamais de mes séances, c’est l’énergie qui circule dans le corps après y avoir travaillé…. être capable de percevoir littéralement le flux d’énergie sous la première couche de peau, depuis la tête aux pieds comme une vibration continue est vraiment excitante et libératrice ! » Laura