Article
0 comment

Affronter tes peurs

Es-tu habitué à rencontrer régulièrement tes peurs? Ou organises-tu ta vie afin de ne jamais ressentir de la peur?
Si tu aimes le concept – et la pratique – de «sortir de la zone de confort», tu sais déjà que, parfois, nous pouvons nous retrouver en situation d’insécurité. Dans ces moments, notre esprit peut produire des milliers de très bonnes justifications, rationnelles et confortables, pour NE PAS sortir de notre zone de confort.

Personnellement, ma préférée est: « Je n’ai pas envie de le faire ». Après, la tentation de devenir « paresseuse » grandit de plus en plus.

Tu te souviens peut-être que l’une de mes Résolutions du Nouvel An était de nager régulièrement afin de renforcer mon endurance physique. En atteignant ce but, un nouveau objectif a commencé à émerger, spécialement lié à la natation dans les eaux libres: rencontrer mes peurs.
Comme John von Düffel l’explique si bien (*), l’eau, en dehors de la piscine, n’est pas un élément stable et sûr. La température, la profondeur, les courants sont quelques-unes de ses caractéristiques qui changent constamment. Des conditions parfaites pour affronter mes insécurités!

Ainsi, cet été, j’ai été étonnée d’observer combien de fois mon esprit jouait le jeu « je n’ai pas envie de le faire »: avant de nager dans la rivière Tornio à travers le Circle Arctique en Finlande; avant la traversée du lac Majeur; dans une mer méditerranée agitée.
« Je n’ai pas envie de le faire » ne m’a pas arrêté! J’ai fait toutes ces nages et mes récompenses, mis à part la satisfaction de l’avoir fait, ont été le grand plaisir d’être dans l’eau dans des paysages merveilleux.

Et ces nages ​​m’ont aidé à me rendre compte que « je n’ai pas envie de le faire » était une excuse. C’était une façon d’éviter de ressentir de la peur. Une fois que j’ai compris cela, j’ai pu reconnaître que, oui,  j’étais un peu effrayée, mais j’étais aussi ravie. J’étais un peu désécurisée, mais je savais aussi que je m’étais entraînée et j’étais heureuse que les sauveteurs étaient là, en cas de nécessité.

Grâce à mon entraînement, je me connais un peu mieux. Je sais que « je n’ai pas envie de le faire » est une stratégie de mon esprit pour éviter la peur. Et je sais aussi que, admettre que «maintenant je me sens un peu effrayée», me permet de faire face à mes peurs et d’entrer dans … l’eau 🙂

Contacte-moi si tu souhaites créer une pratique personnalisée pour t’aider à rencontrer tes peurs.

(*) Gebrauchs Anweisung fürs Schwimmen, Piper, 2016
Photo: Finlande, Massimo Martino

Laisser un commentaire

Required fields are marked *.